Soutenez le PS

Adhérez au PS

Les primaires socialistes par David Assouline

LES PRIMAIRES SOCIALISTES

Que fait la droite ? Que fait le gouvernement ? Que fait l’UMP ? Il s’occupe des primaires socialistes. Le gouvernement, l’UMP, l’Élysée ne s’occupe pas de nos concitoyens, il s’occupe de nos Primaires socialistes. Ce week-end, on a assisté, à tous les étages, à un déferlement de mises en cause des primaires socialistes de la part de Franck Louvrier, qui a dû avoir l’autorisation du Président de la République, de plusieurs ministres, du Président de l’UMP qui est revenu de nouveau à la charge.

De quoi ont-ils peur ? Ils savent très bien que la façon dont nous avons organisé les primaires, ils savent très bien que ce que nous proposons aux citoyens : donner un nom au changement le 9 et 16 octobre prochain, ils savent très bien que ce sera le début d’une dynamique qui ne s’arrêtera pas jusqu’au 6 mai 2012. Ce sera le premier moment où les citoyens diront qu’ils veulent le changement, qu’ils veulent en finir avec cette politique qui a mis la population en difficulté depuis 2007.

On a entendu l’argument de l’illégalité. Argument battu en brèche par Claude Guéant qui a déclaré que les primaires étaient légales.

On a entendu l’argument du fichage, comme si le Parti socialiste pouvait constituer un grand fichier politique pour surveiller les opinions de nos concitoyens. En matière de fichage de la population, en matière d’atteintes aux libertés collectives et individuelles, Nicolas Sarkozy et l’actuel gouvernement ont fait très fort. Pour répondre, je dirais simplement que la procédure légale que nous avons engagée offre toutes les garanties à l’ensemble de nos concitoyens pour que cet acte soit un acte démocratique, un acte personnel et volontaire.

Ce serait un moyen pour les Présidents de Conseils régionaux et généraux, pour les maires, de surveiller les employés et les fonctionnaires territoriaux. On ne va pas voter que dans les Mairies de gauche, on va voter dans les Mairies de droite. J’espère que ce mauvais sentiment qu’ils prêtent aux autres, eux ne viendront pas regarder les fonctionnaires de leurs propres collectivités qui viendront s’exprimer pour le changement.

Je rappelle la procédure. Il y aura une liste d’émargement le jour du vote que les Présidents de bureaux de vote recevront sous scellés. Les scellés seront ouverts à l’ouverture du bureau de vote devant les membres et les citoyens. A la fin du vote, le Président du bureau de vote scellera à nouveau ces listes d’émargement, les fera remonter au niveau du Comité départemental d’organisation des Primaires qui les conservera. S’il y a un deuxième tour, elles seront de nouveau remises au Président du bureau de vote. A la fin de ce deuxième tour, de façon ouverte et publique, les listes seront de nouveau mises sous scellés, remonteront par le comité départemental vers la Haute autorité des Primaires composée de trois personnes indépendantes qui à l’issue de la proclamation des résultats auront la tâche de détruire devant huissier, par incinération, ces listes d’émargement. La presse et le public pourront y avoir accès et regarder l’opération en toute transparence.

Nous n’avons pas de leçons ni de justification à donner à la droite pour un acte qui est une avancée démocratique majeure qui fera des petits dans la vie démocratique Française. Quand nous avons organisé des primaires à l’intérieur du Parti, l’UMP n’a pas pu faire autrement que d’en faire également, souvenez-vous en 2007.

Aujourd’hui la gauche fait des primaires, plus ou moins ouvertes. Les écologistes ou bien encore hier le Parti communiste.

Nous savons que nous avons posé des cailloux. Car cette élection majeure, les Français veulent pouvoir aussi choisir en amont qui va les représenter. Pour nous cela nécessite énormément de travail car nous n’avons pas les moyens de la République. Ce sont donc nos militants, les experts que nous avons mis au travail qui ont monté et qui en pratique, tous les jours font le nécessaire pour que sans moyen, cela soit le plus ouvert possible et transparent.

Nous avons voulu que cette primaire soit incontestable. C’est pour cela que l’UMP s’énerve. Elle sait que ce moment là s’il est réussi sera le premier vote des citoyens pour donner un nom au changement. Et cette dynamique ne s’arrêtera pas.

Si c’est un succès, alors que leur procédure est toujours la même, ils se voient à quelques uns pour décider, ils seront obligés de ne plus éliminer en amont toute concurrence au Président sortant.

Nous avons décidé de choisir notre candidat par la démocratie. Les choses sont claires, nous n’avons pas de leçon à recevoir de ceux qui depuis quelques années ont augmenté de façon drastique le nombre de fichier dans tous les domaines.

Toutes les bagarres que nous avons menées à l’Assemblée, contre des textes qui venaient encore plus établir une surveillance généralisée y compris sur Internet avec les questions sur les données personnelles, prouve que nous sommes soucieux de ces sujets. C’est nous qui avons porté cela. Et ceux qui ont voulu écarter une proposition de loi que Delphine Batho avec un député de droite, avaient portée de façon consensuelle pour encadrer et limiter le nombre de fichiers, notamment des fichiers qui sont aujourd’hui pour un quart dans l’illégalité, je parle des fichiers de police. Monsieur Guéant peut dire ce qu’il veut, notamment acter que les primaires socialistes ne sont pas illégales, pour ensuite nous dire qu’il faudrait que le Parti socialiste donne des garanties, nous n’avons pas d’ordre à recevoir de Monsieur Guéant sur notre façon de faire de la politique et d’organiser la consultation démocratique.

Si son souci, au-delà de ce que nous demande la CNIL : un mois pour détruire les fichiers, est de dire comment nous allons faire, je l’ai dit tout à l’heure et les choses sont très claires. Bien entendu que les fichiers seront détruits dans les jours qui suivent, et avec toutes les garanties, c’est-à dire dès la proclamation des résultats. Et je vais lancer une invitation, pas de façon humoristique, ça peut être tout à fait sérieux, s’ils le souhaitent, l’UMP pourra envoyer des délégués dans tous les bureaux de vote, surveiller et regarder comment les procédures se font en toute transparence, nous n’avons aucun problème là-dessus, car notre seul souci avec l’organisation des primaires est d’accroître les possibilités démocratiques de notre peuple de choisir ses représentants et de le faire notamment pour accroître sa liberté de faire des choix politiques. Et comme c’est un acte volontaire, ils le feront en toute conscience. Voilà pour cette polémique voulue par la droite, ils y ont mis beaucoup d’énergie, j’espère qu’aujourd’hui, on va clore cet épisode. Qu’ils s’occupent de comment ils vont faire pour leur propre candidat, nous, on ne donne de leçon à personne mais nous avons décidé cet acte de confiance énorme envers le peuple et les citoyens de notre pays.

Je veux développer aussi l’aspect concret de cette campagne médiatique qu’ils ont lancé. Nous rencontrons des difficultés dans la collecte des listes électorales.

Vous avez compris le problème, il est difficile de remonter l’ensemble des listes électorales dans les départements et quand ce n’est pas possible complètement – car il faut faire un travail de transformation des listes électorales des communes pour pouvoir établir les listes d’émargement des bureaux de vote « primaires » – nous rencontrons des difficultés.

En effet, un certain nombre de départements, un certain nombre de villes trainent des pieds, et c’est le mot le plus doux que je puisse donner. Je veux dire d’ailleurs que la campagne qui a été engagée largement et amplifiée ce week-end à un but, et nous sentons déjà un effet c’est que dans ce travail pour aller chercher les listes, par exemple quand les préfectures n’ont pas tous les fichiers, nous appelons les mairies directement, c’est un travail énorme de recenser ces mairies et de les appeler. Et bien il y a des maires qui disent : « il y a une polémique, c’est pas bien, nous on vous les donne pas ». C’est illégal, on doit les donner. Peut-être qu’ils cherchent à déstabiliser cette organisation. Ils veulent aussi dissuader un certain nombre de citoyens qui diront en voyant cette polémique, « on parle de fichage », « je ne vais pas y aller ». Et bien je veux aussi au nom du Parti socialiste lancer un appel à tous les maires et à tous les citoyens, la meilleure façon d’empêcher cette manoeuvre que la droite a engagée, c’est de participer et de permettre l’organisation massive de ces primaires et plus il y aura de citoyens, plus ce sera un démenti infligé à la droite et Nicolas Sarkozy et plus le signal sera donné de cette volonté de changement.

Donc il y a un certain nombre de départements où il n’y a toujours pas de fichiers donnés. On veut bien entendre que l’organisation de l’Etat soit encore un peu en retard. Nous sommes à l’ère numérique, de la révolution numérique, le gouvernement disait qu’il mettait le paquet pour que nous soyons à la pointe avec Monsieur Eric Besson comme chevalier de cette grande bataille. Mais dans les préfectures, on n’a pas encore partout des listes numérisées à nous fournir. Et bien, si au moins, notre primaire on a servi de révélateur de cet archaïsme, on aura servi à quelque chose. Vite, dans les préfectures numérisées, ça va plus vite, il y a moins de papier, ça permet aussi de préserver l’environnement.

Très franchement, pour les mois qui viennent, les années qui viennent, les choses vont changer.

Il y a des préfectures qui sont de très mauvaise volonté. Comme la Haute Marne. J’espère que cette préfecture va entendre les déclarations de Claude Guéant, à savoir, si les préfectures n’ont pas de problème matériel, elles doivent nous répondre rapidement. Tout cela doit être transparent. Vous pouvez aller sur notre site et constater tous les jours les évolutions. Vous cliquez sur les villes et vous verrez nos difficultés, ou bien même les évolutions positives ! Vous aurez l’exactitude des problèmes.

Je souhaite insister aussi sur un point. Plusieurs villes ont dans leur propre logiciel une touche « transfert à la préfecture » et ces préfectures nous disent qu’elles n’ont rien. Il y a un petit problème d’organisation, nous verrons bien.

Les villes ont également, semble-t-il, des difficultés, essentiellement des difficultés matérielles. Bordeaux par exemple refuse de prêter les salles communales. Il y a manifestement une volonté de haut niveau de ne pas faciliter les choses et de les retarder. Nous avons le même problème avec les villes d’Orléans, Valenciennes… Et puis, nous avons des villes qui jouent la montre. Nous n’avons aucune réponse. Issy les Moulineaux par exemple, aucune réponse. D’autres villes aussi nous proposent des salles à des prix prohibitifs. Nancy, 1000 euros la salle !

Lorsque Monsieur Guéant dit « les municipalités sont tenues d’offrir au Socialistes les possibilités existantes dans la ville ». Là, nous sommes loin des bonnes volontés. Il y a meilleure façon d’encourager la citoyenneté et la vie démocratique dans notre pays.

Je vous propose d’aller sur le site du Parti socialiste, à une adresse dédiée : http://www.lesprimairescitoyennes.fr/, vous aurez toutes les informations concernant cette situation qui est évolutive. A chaque fois nous le mettons à jour, en temps réel.

Aujourd’hui c’est aussi le lancement de la deuxième phase de communication des primaires. Nous voulons que ces primaires soient un large succès. Pour cela, les citoyens qui veulent un changement pour 2012 doivent savoir comment ils peuvent voter, à quel endroit… Nous lançons la campagne « Donner un nom au changement ». Il y aura des films, des petites vidéos, des animations, 1 million de cartes postales, 500.000 autocollants, 400.000 affiches explicatives.

Tout ce matériel, les fédérations l’auront courant du mois de juin. Elles sont déjà en mouvement avec l’accroche porte, le tract explicatif qui permet de soutenir la campagne de porte à porte pour informer les citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.