Soutenez le PS

Adhérez au PS

Atelier 11 « de nouveaux outils pour un monde solidaire et durable » : contribution de la section de Bruxelles

Développement et lutte contre la pauvreté

Le développement ne s’arrête pas à l’aide publique au développement et à l’argent transféré vers les pays du Sud. La notion de développement est aussi liée à une problématique plus large et interdépendante avec les questions de commerce international, de lutte contre le changement climatique, de sources innovantes de financement, de micro-crédit et d’agriculture par exemple.

Environ 40% de la population mondiale vit actuellement avec moins de 2 US Dollars par jour, seuil de pauvreté officiel selon la Banque Mondiale. Près de 1 milliard d’entre eux ne vivent qu’avec 1,25 USD dollar par jour, seuil d’extrême pauvreté (Source : Banque Mondiale). Sous l’effet de la crise, 6 millions d’Africains risquent de basculer dans l’extrême pauvreté. En 2010, un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde. Ceci représente 17% de la population mondiale soit un être humain sur six.
Pourtant les moyens d’alimentation sont nombreux – deux fois plus qu’il n’en faut pour nourrir chaque habitant de la planète. Mais tout le monde n’a pas accès aux aliments ou aux ressources de base nécessaires à la survie de chaque individu et de sa famille.
En 2000, les dirigeants mondiaux se sont engagés à éliminer l’extrême pauvreté d’ici 2015 en adoptant les Objectifs du Millénaire pour le Développement. 10 ans plus tard, les crises économiques et alimentaires mettent en péril les récentes avancées dans le domaine de l’éradication de la faim et de la pauvreté.
Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les individus continuent d’avoir faim dans nos sociétés contemporaines. Tout d’abord, environ 70% des affamés vivent dans des régions rurales caractérisées par un accès insuffisant à la terre, à l’eau, aux engrais et aux semences. Cette situation est encore aggravée par la confiscation des terres, la privatisation et des pratiques injustes héritées du passé qui établissent une discrimination à l’encontre des femmes. De même, les règles commerciales injustes, la répartition des subventions et le dumping sur les prix des produits alimentaires contribuent à affaiblir l’agriculture locale et sapent la sécurité alimentaire.
Il est important pour les pays riches d’agir et de mettre en place des politiques globales en matière d’aide au développement, d’accords commerciaux justes avec les pays en développement, de politique agricole pour mettre fin à la crise alimentaire mondial.
Les ressources existent pour mettre fin à l’ extrême pauvreté dans le monde.
o Les pays donateurs réunis à la conférence de Monterrey en 2002 ont réitéré leur engagement, vieux de 33 ans, de consacrer 0,7% de leur Revenu national brut (RNB) à l’aide publique au développement. Les pays européens se sont engagés d’ici 2010 a consacrer 0. 56 %de leur RNB a l’APD (EU 15) et 0, 17% pour les 10 nouveaux États Membres. Bien que l’aide au développement ait atteint un niveau record en 2008, il manque encore 35 milliards de dollars par an aux contributions des donateurs, par rapport à leur promesse faite en 2005 à propos des flux annuels d’aide par le Groupe des Huit à Gleneagles, et 20 milliards de dollars par an sur l’aide à l’Afrique, d’après les estimations des Nations Unies. Malheureusement, la tendance observée est que de nombreux pays sont en train de réduire de manière drastique leur budget d’aide au développement, comme l’Italie ou l’Irlande, ou même la France.
o Une taxe de 0,01% sur les transactions financières générerait un montant suffisant pour financer la totalité de l’aide au développent nécessaire a l’éradication de l’extrême pauvreté (environ 200 milliards d’euros par an).
o Mettre fin a l’évasion fiscale et réguler les paradis fiscaux est une nécessité. En effet, les mouvements illicites des capitaux des pays en développement vers des paradis fiscaux ou pays développés représentent plus d’un milliard de dollars par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.